GridIron Belgium

Christophe Olenaed: « c’est l’un des groupes les plus talentueux que nous avons eu au cours des quatre dernières années »

READ THIS ARTICLE IN DUTCH

Ce samedi, les Belgian Barbarians seront enfin de retour. Dans un Mijnstadion de Beringen, plein espérons-le, ils joueront leur premier match de la nouvelle saison international contre un visage familier : l’équipe Espagnole. Certains d’entre vous se souviendront que les Barbarians avaient joué un match à l’extérieur en Espagne l’année dernière et s’était imposé 6-14. Luther Rommens a rencontré le directeur général des Barbarians, Christophe Olenaed au sujet de leur saison prochaine et de leur match contre l’espagne.

C’est la quatrième année que les barbarians existent. Si vous regardez en arrière, sur les deux dernières années, sur quels points diriez-vous que le programme a évolué ?

Christophe Olenaed

C’était en effet la quatrième année que nous organisons un combine pour l’équipe nationale. Nous avons eu 141 candidatures et environ 115 joueurs sont venus au combine. Le niveau de ce combine, tout comme le nombre de candidatures, augmentent chaque année. Nous avions environ une quarantaine de joueurs, facilement triés dans le groupe. Cette année, nous voyons que l’écart entre ces meilleurs joueurs et le reste a diminué. C’est beaucoup plus difficile pour notre personnel de sélectionner 85 joueurs et encore plus difficile d’en sélectionner 45 pendant les jours de match. En revanche, c’est l’un des groupes les plus talentueux que nous avons eu au cours des quatre dernières années.

Vous avez remarqué une augmentation du niveau du groupe générale, mais voyez-vous également une augmentation de niveau dans le groupe des anciens joueurs ?

Bien sûrs ! Si vous prenez des joueurs comme Ruben De Ruyter et Arkadi Meerschout qui partent pour jouer chez des équipes étrangères (les deux jouent pour Hämeenlinna Huskies) et qui vivent comme semi-pro. En particulier, l’intensité des entrainement est beaucoup plus élevée dans la compétition finlandaise. Ce qui est formidable pour le groupe parce qu’ils poussent d’autres joueurs à devenir meilleur lors des entrainements. Nous ne serions pas surpris si quelques Barabarians étaient également recrutés par des clubs étrangers cette année.

Que du positif autour des Barbarians cette année. Avez-vous déjà pensé arriver si loin lorsque vous avez commencé l’aventure?

Nous avons déjà accompli un beau parcours et nous en sommes très fiers. Dans cette première année, nous n’avions qu’un partenaire : ISB. Ils ont fourni un hébergement, du matériel, etc. Nous avons maintenant un partenariat avec HUDL et Bell Tours qui fournissent tout nos transport vers l’éxtérieur et pour les équipes que nous acceuillons en Belgique. Nous sommes également en négociation avec un grand nom pour un parrainage, donc nous faisons des progrès significatifs. Un changement énorme depuis notre rencontre avec l’équipe nationale hollandaise à la treasure cup il y a trois ans. Nous n’avions même pas de jerseys à l’époque. Mais nous ne sommes pas encore au bout, si je pouvais rêver à voix haute, nous souhaiterions avoir une équipe nationale où les joueurs et les entraîneurs n’auront pas à investir un euro de leur poche. Lorsque nous, les Belgian Barbarians, pourrons financer l’équipement, les déplacements et tous les autres coûts pour les match.
Bien sûr, il y a encore un long chemin à parcourir pour atteindre ce but, mais nous travaillons très dur dans les coulisses pour que cela se produise.

Au niveau athlétique, vous avez aussi beaucoup évolué !

Certainement, notre force est notre approche du match, je pense. Chaque nouvelle saison, vous devez prouver que vous pouvez gagner votre place. Nous nous attendons également à ce que les joueurs soient présent aux practices. Sinon, nous ne pouvons pas les sélectionner pour les match. En raison de cette méthode, nous tirons le meilleur parti de nos joueurs. À maintes reprises, nous voyons les résultats. Par exemple, nous sommes maintenant classés 22ème sur le classement mondial de l’AFI, notre meilleur classement jamais atteint.

Vous jouez de nouveau l’Espagne, quelles sont vos attentes pour ce match ?

L’année dernière, nous avons visité l’équipe espagnole comme outsider. Le niveau de leur compétition nationale est plus élevé que le nôtre. Nous avons étonnamment gagné, mais je dois dire que nous méritions cette victoire. Avec une jeune équipe, à qui il manquait quelques joueurs vedettes, nous avons joué admirablement. Si je regarde le groupe que nous présenteront face aux espagnoles, que nous rencontrerons samedi, je peux dire que nous avons ajouté quelques noms prestigieux à la liste. Selon les entraîneurs, le niveau de cette sélection sera supérieur à celui de l’année dernière. J’ai également vu la sélection espagnole et nous pouvons voir quelques nouveaux noms sur la liste par rapport à l’année dernière. Ils veulent absolument prouver qu’ils peuvent nous battre. Nous avons le même echo de nos contacts à la fédération espagnole. Ils veulent leur revanche. Personne n’aime perdre devant une foule à la maison. Ils voyagent avec une grande délégation d’Espagne, prêts à égaliser le score.

La revanche tant attendue entre l’Espagne et la Belgique ce samedi, promet d’être une fête du football à ne pas rater. N’oubliez pas de commander vos billets sur ce lien. Le Kickoff est prévu pour 19h00

(Traduction Theo Juif)

Menu